Mise en garde et invitation à la réflexion: On photographie vos enfants

Arrêtez-vous un instant sur cet article, car il vous permettra de participer activement à la protection des enfants.

Ces derniers temps nous recevons plusieurs lettres, courriels et appels téléphoniques de parents et d’enseignants inquiets qui nous font part de leurs observations devant les « petites écoles » et les places de jeux. A plusieurs reprises, les observations suivantes ont été faites devant des bâtiments d’école de degrés obligatoires et d’écoles enfantines :

Des enfants des écoles maternelles et de l’école obligatoire sont photographiés par des individus.Nous savons, de source sûre que de tels individus ont déjà été appréhendés.

Cela paraît, à première vue, anodin et celui qui lira cela pensera : « Quel mal y a-t-il bien à photographier des enfants ? »

C’est ce que nous pensions également, jusqu’au jour où nous avons reçu un appel nous communiquant que les photos ne sont pas développées pour leur sens artistique mais qu’elles aboutissent toutes dans des albums, et sont ensuite présentées à des pédocriminels qui peuvent alors choisir les enfants qu’ils souhaitent enlever pour leur odieux commerce.

Et ceci se passe en Allemagne !

Note de FREDI : Et pourquoi cela ne se passerait-il pas en Suisse ?

Nous sommes confrontés à un mode d’enlèvement sur commande !

Comment (ré)agir ?

  • Prenez garde à la présence de voitures inhabituelles dans le paysage et d’où l’on photographierait vos enfants
  • Relevez leur N° d’immatriculation Si vous n’avez pas de papier-crayon sous la main, essayez de retenir au mieux le N° d’immatriculation, et, si possible, une description aussi exacte que possible, des occupants de la voiture!
  • Annoncez vos observations à un poste de police et/ou à un organisme de protection de l’enfance.

Encore une chose :

En surfant sur le Net, on rencontre de plus en plus de pages perso ou de sites d’écoles et de jardins d’enfants sur lesquels on présente fièrement les enfants qui fréquentent ces établissement, en toute absence d’idée de présentation-catalogue à destination des pédocriminels, mais que ces pédocriminels utilisent comme tels.

Réfléchissez donc, analysez s’il est vraiment indispensable de présenter, sur le Net, des enfants et des adresses privées . Car là aussi, les personnes mal intentionnées auront un accès facilité aux enfants.

Le team de  Anti-kinderporno e.V., Trad. de FREDI de l’article original du 17 mars 2003 chez http://www.anti-kinderporno.de (n’est plus actif)