Il est plus facile de trouver des proies sur Internet qu’en rôdant autour d’une piscine. Avis aux ados comme aux parents.

«J’ai trouvé un peu bizarres les questions qu’il me posait. Par exemple, si j’avais déjà couché avec un garçon (..). On s’est donné rendez-vous près de chez moi.» Et après? Cette adolescente de 15 ans a témoigné auprès de la police d’abus sexuels après une rencontre sur Internet.(..)

La victime idéale pour un pédophile? «C’est celle qui ne parlera pas», explique Arnold Poot, spécialiste et précurseur de la «cyber-traque». «Il va chercher des personnes fragilisées psychologiquement, avec des problèmes familiaux, scolaires ou à la recherche d’une identité sexuelle.» Ses terrains de chasse favoris passent par les chats, les blogs et même par les webcams. Ces gamins, à qui l’on demande de se déshabiller devant l’objectif, ne se doutent pas que les images seront diffusées auprès de milliers de pédophiles.

Pour éviter les pièges, vois, à ce propos, nos consignes de sécurité.

Quant au cliché du vieux pervers, il est démodé. Un jeune de 16 ans et demi  a été pris en possession de centaines de fichiers de pédophilie sur son ordinateur, – sans oublier les femmes! (note de FREDI).

Sophie Roselli; Tribune de Genève

Quelques exemples parmi tant d’autres

Un violeur récidiviste chassait ses proies sur le Net

Un chat sur l’Internet aboutit à une rencontre et…à une tentative de viol

Une amère rencontre après contacts par Internet: Une jeune fille de 13 ans violée par son correspondant