A l’occasion du Safer Internet Day le 9 février 2019

Screen Shot 02-09-16 at 12.01 PM

une spécialiste en cybersécurité – Aroua Biri. -livre trois conseils à destination des jeunes victimes de cyberharcèlement.

Le cyberharcèlement, c’est «une agression perpétrée par un individu ou un groupe d’individus via des canaux numériques, de façon répétée, à l’encontre d’une victime isolée, dans un but malveillant.»

Screen Shot 02-09-16 at 11.44 AM

1.  En parler à un tiers, parent ou enseignant

«Généralement, la jeune victime est isolée par son harceleur. Il faut absolument rompre cet isolement, soit en parlant à des tiers avec lesquels le jeune est à l’aise, comme les parents ou les enseignants, soit en se tournant vers d’autres interlocuteurs moins proches comme des psychologues ou des dispositifs d’aide par téléphone comme Net Ecoute. L’essentiel est de sortir de la solitude.»

2. Se couper des réseaux pendant quelques temps

«Il ne faut pas se laisser harceler sans réagir. Le mieux, c’est de répondre une fois, fermement, car le harceleur ne risque pas de s’arrêter si sa victime reste sans rien faire. Ensuite, et c’est souvent très difficile pour les jeunes, il faut couper les réseaux sociaux pendant un temps. Le harcèlement est quelque chose qui va très vite, comme une vague qui déferle: en quelques jours, le jeune se replie. C’est à ce moment qu’il faut sortir de cette dynamique, couper Internet pendant quelques jours le temps que ça se calme et en profiter pour en parler autour de soi.»

3.  Réfléchir avant de publier du contenu

«L’objectif n’est surtout pas de culpabiliser le jeune victime de harcèlement mais de l’inciter à plus de prudence et l’amener à renouer avec de bonnes pratiques sur Internet. L’idéal est de faire comprendre au jeune qu’il est nécessaire de créer une étape de plus avant de publier du contenu, en se demandant notamment si ce contenu pourrait être utilisé contre lui par une personne malveillante.»

http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/cyberharcelement-les-conseils-d-une-experte-pour-s-en-sortir

F.R.E.D.I. ajouterait un quatrième conseil:

Ne pas publier n’importe quoi, préserver sa vie privée, ne pas médire sur son prochain!