Action-réaction, cela s’apprend

Il avait enlevé une collégienne (en utilisant l’intimidation et la violence) .

 Dans le cas relaté ci-dessous, la jeune victime a eu effectivement beaucoup de chance: giflée, ligotée, jetée dans un fossé et la vie sauve!

Certes, cette fillette a gardé son calme, ou a été paralysée par la peur, mais on peut légitimement se poser des questions:

  • A 12.30heures, la rue n’est pas déserte, si elle avait seulement hurlé, son agresseur aurait fort probablement pris la fuite sans lui faire subir ce qu’elle a subi.
  • Pourquoi n’a-t-on pas déclenché l’alerte-enlèvement? Les conditions requises à son déclenchement étaient pourtant requises.

F.R.E.D.I. peut vous aider à préparer vos enfants à une telle agression, avec des brochures basées sur des cas réels, à l’intention des parents/enseignants et à l’intention des  enfants.

Vous pouvez également trouver des adresses d’apprentissage de l’auto-protection ou self-défense (valables pour la Suisse romande seulement)

L’article de presse relatant les faits:

L’auteur de l’enlèvement et de l’agression mercredi à Chantonnay d’une collégienne vendéenne, un homme de 26 ans, a été interpellé le soir des faits grâce au courage et au témoignage de sa victime.
(…)  «Il a reconnu les faits d’enlèvement et d’attouchements sexuels (…)
La fillette de onze ans et demi (…) a échappé au pire mercredi lorsqu’elle a été enlevée vers midi par un homme qui l’a frappée et lui a imposé des attouchements sexuels avant de la relâcher, ligotée, dans un fossé en pleine campagne.

Il l’a attrapée par son cartable et l’a forcée à monter dans la voiture
(…)
Après quoi l’homme lui a lié les mains avec un ruban adhésif puis a roulé jusqu’à un chemin de campagne où il lui a imposé des attouchements à l’intérieur de la voiture. «Il l’a ensuite sortie de la voiture, il lui a ligoté les pieds et il l’a jetée dans un fossé avant de prendre la fuite. La jeune fille a réussi à sortir du fossé et à attirer l’attention d’un automobiliste qui s’est arrêté et qui l’a conduite chez une voisine d’où la gendarmerie a pu être appelée».
(…)

Publié le 12.04.2013, http://tempsreel.nouvelobs.com/faits-divers/20130412.OBS7734/une-collegienne-enlevee-en-vendee-victime-d-attouchements.html

————————————————————-

Violence scolaire oblige, un cours d’autodéfense pour les petits n’est peut-être pas inutile. Pour prémunir les gosses et rassurer les parents.

(..) Agés de 6 et 10 ans. Ils sont tous là  pour la même raison: apprendre à  se défendre en cas d’agression physique. Beaucoup de jeux de motricité pour mieux coordonner ses mouvements, maîtriser son corps, verbaliser ses émotions. Face à  un importun, parvenir à  choquer, se dégager et fuir, voià  le programme. Mais aussi exercer quelques frappes de la main dans le ventre mou d’un coussin.

(..)
Violence à  l’école

(..)apprendre à se défendre tôt

Une violence qui commence souvent dans les cours d’école. A deux reprises déjà , Mathilde est rentrée avec un œil au beurre noir. Un jeu qui tourne mal, coup de poing au visage donné par une gamine plus âgée. La maman s’inquiète déjà  de l’entrée de sa fille au Cycle. Parce qu’il y a ces histoires de racket, de bagarres à  la récré, comme celle, récente, de ce petit garçon de 6 ans, bourré de coups au sol. Résultat: un bras cassé.

(..)

« Si elle apprend  à oser se défendre, alors, elle aura une force supplémentaire.»

Patricia Brambilla / M-Magazine, N°1, 03.01.2006

 

 

L’avis de FREDI

Faire suivre un cours de self-défense aux petits, afin de renforcer leur confiance en soi et leur droit de dire NON, c’est bien, mais cela ne doit pas supprimer le dialogue, si possible quotidien, entre parents et enfants, qui  reste irremplaçable: L’enfant apprend qu’il a sa place au sein de la famille, qu’il peut compter sur ses parents et qu’il compte pour eux. Sans cette conviction profonde et construite avec les années, qui lui donne le sens de sa propre valeur et l’encourage à défendre sa peau, un cours de self-défense reste illusoire..

 

 

Lieux de formation

logopallas.jpg

COBRA, Karaté-club Fribourg

COBRA, le Karaté-Club de Fribourg

également sur Vaud et Valais

TatouT

Autodéfense

Case postale 409, 2002 Neuchâtel 2  (mais organise des cours dans toute la Suisse   romande

Training Center FribourgFribourg