Cette campagne a été appréciée et louée par l’Office fédéral de la Santé, par l’Institut International des Doits de l’Enfant (IDE), par Pro Juventute. Elle est en concordance avec celle  que projette la Commission Européenne, mais nos autorités fédérales, cantonales et communales n’ont  pas trouvé utile d’apporter leur soutien financier pour une prévention qu’elles ne feront élaborer que plusieurs années plus tard, lorsque des enfants auront déjà  été victimes de prédateurs..

 

« 1. Pourquoi une campagne de prévention pour les jeunes surfeurs d’Internet ?

Si l’Internet est un formidable moyen de communication et une source quasi inépuisable de renseignements,  il peut aussi être utilisé par des personnes malveillantes, en quête d’enfants et d’adolescents pour le commerce du sexe.

En effet, d’une part, on estime à  35.000 (chiffres pour 2001. Fin 2003, on en dénombrait plus de 200.000 !) le nombre de sites pornographiques sur le Net, et l’on sait, d’autre part, que les pédophiles n’hésitent pas à  s’immiscer dans les « chats » et les forum destinés aux jeunes: En se faisant passer pour l’un des leurs, ils posent alors des questions ciblées, qui facilitent leur quête d’innocence.

Savoir comment se comporter sur le Net , savoir quelles informations ne jamais transmettre ne peut que contribuer à  une plus grande sécurité de nos jeunes. Les trois auteurs de cette campagne ont compris très tôt l’utilité de prévenir les utilisateurs des dangers potentiels de ce nouveau média, vaste et quasi incontrôlable.

2. Public ciblé

Les jeunes qui fréquentent les écoles publiques, soit environ 80’000 élèves (source : OFS) pour la dernière année d’école obligatoire, mais aussi les adultes qui les entourent, parents et enseignants, afin qu’ils soient sensibilisés à  un danger toujours plus actuel.

3. Qui est à  l’origine de cette campagne ?

Trois personnes, dont deux à  la tête d’une organisation suisse qui se consacre au mieux-être des jeunes et à  leur protection, et qui se sont réunies.

camp_fredi_logo.gif

 

FREDI est une Fondation suisse, dont le siège est à  Fribourg. Ses buts sont :

    • Le signalement, sur son site Web, des enfants portés disparus
    • La diffusion de conseils de prévention à  l’adresse des parents et à  l’adresse des jeunes, afin de limiter les risques d’enlèvement, de maltraitance ou d’abus sexuels
    • La publication, sous forme de liens, d’organisations pouvant venir en aide aux victimes et à  leur famille.

 

Dès le 01.01.2001, recherche active menée sur le net.

Personne responsable : Diane Burgy, enseignante, directrice de la Fondation et présidente du Conseil de Fondation de FREDI

 

 

camp_adonet_logo.gif

 

Adonet est une association suisse ayant son siège à  Chiasso, Bellinzona et Lugano. Ses buts sont:

    • Lutter contre quelque forme de violence que ce soit envers les mineurs, et particulièrement contre la violence intra-familiale. Pour cela, elle gère, en collaboration avec Pro Juventute et Caritas, ainsi qu’avec des lignes téléphoniques d’urgence ailleurs en Suisse et en Italie, une ligne téléphonique à  la façon du 147 (Telefono SOS Infanzia), mais intervient auprès des autorités lorsque des cas de maltraitance lui sont signalés.
    • Faire connaître et reconnaître, par l’intermédiaire des médias et par des fascicules qu’elle édite, les droits de l’enfant selon la Convention des Nations Unies.(art.9 et 10 notamment.)

 

Personne responsable : Frederico Mari

 

camp_vermisste_kinder_logo.gif

Vermisste-Kinder est une page figurant sur le site commercial d’une entreprise ayant son siège à  Zoug et qui publie quelques avis de disparitions et des consignes de prévention. Cette page est en allemand exclusivement.

Personne responsable : René Waldburger

Le rapprochement de FREDI et de VERMISSTE-KINDER s’est fait lors de l’élaboration de la campagne nationale « Surf Safe ».

 

ADONET et FREDI ont travaillé ensemble à  des projets pour la protection des jeunes durant environ un an.

Les projets communs:

Réalisés :

    • Mise à  disposition des  lecteurs du site respectif des auteurs de pages de prévention à  l’adresse des jeunes et à  celle de leurs parents, pour limiter les risques de maltraitance ou d’enlèvement, dont des consignes  » Surf Safe « .
    • Le projet présenté aujourd’hui  » Campagne nationale de sensibilisation aux dangers potentiels du Net « , sous la forme de consignes imprimées sur un poster. Ce poster sera affiché dans les écoles – 4 à  5 exemplaires sont prévus par école -.

 

4. Calendrier

01.2001 :
Distribution, dans les écoles, des posters avec les consignes SURF SAFE. (Une option tapis de souris avait été envisagée mais elle semble devoir être abandonnée pour l’instant, faute de soutiens financiers suffisants) .

Les entreprises de transports publics (trains, bus) pourraient disposer ces posters en des lieux stratégiques, afin que le plus de jeunes possible soient concernés par cette campagne.

Il est envisagé, également, que les médias rapportent cette campagne dans leurs rubriques d’actualités.

 

5.1. Déroulement du projet

Le déroulement de ce projet peut très bien s’étendre sur deux ans, afin de sensibiliser les jeunes

    • par la distribution du poster « Surf Safe » dans les écoles,
    • avec des pages de prévention figurant sur les 3 sites (en italien pour ADONET, en français, allemand et anglais pour FREDI, en allemand pour VERMISSTE-KINDER).

 

5.2. Financement

L’entière réalisation de ce projet dépendra entièrement du soutien financier par des organismes qui l’estimeront recevable, et/ou de l’adhésion concrète à  une phase du projet par des entreprises de distribution de biens de consommation.

Les trois groupes de travail s’engagent dans un total bénévolat, sans recevoir de subventions et offrent leurs idées et leur disponibilité pour la création et pour la conduite de projets.

Les trois auteurs sont actuellement à  la recherche de sponsors qui pourraient fournir les supports logistiques de la campagne, respectivement offrir l’impression des posters à  des conditions avantageuses.

6. Comment est née l’idée d’une telle campagne ?

La Fondation FREDI se consacre, avec d’autres organisations internationales, à la signalisation, sur le web, des enfants portés disparus, ainsi qu’à  la publication de conseils, à  l’adresse des jeunes et à  celle des adultes. Ceci afin de limiter le risque d’enlèvement ou de maltraitance, sexuelle notamment. La Fondation FREDI subodore qu’avec l’arrivée et l’utilisation familiale et professionnelle du Net, les pédocriminels y tenteront leur chance pour attirer leurs proies.

Adonet réalise du travail de terrain, reconnu par les services sociaux du Tessin, notamment par sa permanence téléphonique à  la disposition des jeunes en situation de maltraitance, familiale tout particulièrement.

Vermisste-Kinder est une page d’un site commercial, qui publie quelques avis de disparition et quelques consignes de prévention.

Les trois sites fournissent un travail de prévention impressionnant et beaucoup de prestations, sur le terrain et dans la maintenance de leur site, mais elles sont trop peu connues en Suisse. FREDI, par exemple, est beaucoup mieux connue dans les pays voisins et en Amérique que dans son propre pays.

Or, à  quoi sert un tel investissement si le public à  qui s’adressent ces organisations ignore leur existence ? Pour sortir de cet anonymat et à  l’image des grandes firmes, ces trois forces ont décidé d’unir leurs efforts pour réaliser des projets d’envergure nationale, ce qui leur permet d’unir leurs moyens et de ménager leur budget.

C’est ainsi qu’est née, autour d’une table tessinoise, l’idée d’une prévention , à  l `échelle nationale, contre les risques potentiels du Net. Du même coup, les 3 auteurs de la campagne ajoutent un travail de terrain très actuel à  leurs actions et se font connaître en Suisse.

7. Participants au projet, collaborateurs potentiels

Les organisations mentionnées dans la présentation du projet en sont les concepteurs et entendent le promouvoir auprès de la jeunesse de notre pays (dans les écoles, mais aussi autour de la table et dans la rue).

Pour cela, elles ont besoin :

    • De l’aide de personnes de terrain, qui ont pied dans l’école (professeurs d’informatique, de français, de dessin ou d’ACM -Activités Créatrices Manuelles)),
    • Des directions d’établissements scolaires qui approuvent le projet et en soutiennent la réalisation.
    • D’imprimeries qui soient prêtes à  offrir de leur temps et de leur infrastructure pour imprimer les posters.
    • D’entreprises de distribution de biens de consommation ou de transport qui soient prêtes à  offrir un support publicitaire à  la campagne.
    • Des médias ( presse , canaux radiophoniques et chaînes de télévision) qui réserveront un accueil de choix à  cette campagne.

 

8. Direction du projet

Diane Burgy,
Enseignante
Directrice opérationnelle de la Fondation FREDI
Présidente de son Conseil de Fondation
Tél. : 026. 401 9777
E-mail: office@fredi.org

Adresse postale :
FREDI
rte de la Rosière 32
CH- 1782 Belfaux /FR

 

Analyse rétroactive de la campagne:

Si les posters ont bel et bien été envoyés aux quatre coins de la Suisse, seul le canton de Vaud s’est inquiété d’une part participative aux frais. La presse n’a pas trouvé le projet suffisamment « vendeur » pour s ‘y intéresser comme il l’eût fallu. Dur dur d’être pionnier dans notre pays! 10 ans plus tard, les différentes polices cantonales commençaient leur prévention.. Bref,  l’impression et l’envoi des posters, en ce qui concerne la partie francophone de la Suisse, est restée quasi entièrement financée par FREDI (plus exactement par le budget privé de ses fondateurs).

Il y a eu, certes, un manque de communication en direction des médias qui auraient pu annoncer l’arrivée de cette campagne et lancer un appel de soutien financier. Une étude de faisabilité aurait dû être menée, elle aussi. Les fondateurs de FREDI ne regrettent cependant pas leur investissement en temps et en argent, sûrs qu’ils ont évité le pire à  quelques jeunes inexpérimentés devant ce nouveau média.

Des posters sont encore disponibles via le shop.

Vermisste Kinder a cessé son activité pour les jeunes,

La collaboration avec Adonet n’est plus actuelle.