Attention aux vieux « trucs »

On ignore encore comment le ravisseur d’Ylénia (fillette qui vivait en CH-Appenzell, enlevée et tuée en 2007) s’y est pris pour faire monter la fillette dans sa voiture. Mais il y a certainement eu ruse, promesse ou menace, peut-être même de la violence: La petite n’était pas prête pour faire face.

Savez-vous que des vieux « trucs » comme « Veux-tu me montrer où se trouve le vétérinaire« , en tenant un adorable chaton dans les bras, le « j’ai perdu mon chien, pourrais-tu m’aider à le retrouver?« , ou bien « Si tu viens avec moi, j’ai quelque chose, dans ma voiture, qui te fera énormément plaisir » fonctionnent encore? Cela ne devrait plus être le cas, tellement cela consiste en de la prévention élémentaire que d’en parler avec ses enfants!

La prévention, en ce domaine, est insuffisante. Elle doit être faite par des gens connaissant la thématique des disparitions d’enfants, aux parents autant qu’aux enfants eux-mêmes, car souvent les parents commettent de graves négligences.Pleins de bonne volonté et sensibilisés par les cas avérés de disparition, chacun y va de sa version, souvent dépassée par l’adaptation des criminels aux consignes données aux enfants, consignes qu’ils savent entendre et lire, eux aussi.

Cedrika, au Canada,une enfant de 14 ans, a disparu presque en même temps qu’Ylénia, en Suisse. Or, «si Cédrika avait pu avoir l’information de Parents- Secours», sa rencontre avec le ravisseur se serait déroulée autrement.

Le prétexte de l’animal perdu utilisé par le présumé ravisseur est en effet un des leurres les mieux connus et, pourtant, il fonctionne encore!

****************************************

Se faire passer pour un policier pour attirer les enfants

En qui peut-on encore faire confiance ?

Ils s’annoncent comme agent de police pour attirer deux jeunes enfants qu’ils assassinent.

Les deux prévenus Markus L. et Markus W. ont avoué avoir attiré les deux enfants en fin d’après-midi du 30 mars, en leur affirmant qu’ils étaient des policiers en civil. Pour confirmer leurs dires, ils ont montré une carte de client d’une vidéothèque d’Eschweiler comme carte d’identité (..)

Conseil de FREDI : La solidarité s’avère toujours plus nécessaire devant l’augmentation inquiétante des abus sexuels et des meurtres d’enfants.Chacun doit se sentir coresponsable de la protection des enfants et ne laisser ni bruit inhabituel, ni va-et-vient suspect sans réagir.

Les criminels n’hésitent devant rien et agissent souvent à découvert pour arriver à leurs fins.

 

2 secondes suffisent pour enlever un enfant !

 

Pour les plus grands, ils appâtent avec l’alcool

 

Ils essaient de gagner la confiance des jeunes, entre autres, en leur servant de l’alcool.

Il faut profiter de cas avérés pour en parler avec ses enfants

Par manque de moyens financiers, les brochures présentées par les organisations spécialisées, souvent même pas soutenues par leur gouvernement respectif, sont payantes, l’information dans les écoles est extrêmement difficile à faire accepter, la communication intrafamiliale de plus en plus absente.

Trop de parents visent l’autonomie de leurs enfants le plus vite possible, sans leur donner les outils nécessaires pour la vivre.

Trop de parents affirment vouloir  » faire confiance » à leur enfant en le laissant aller seul à l’école et en rentrer, alors que cela les arrange plutôt, économisant ainsi du temps, de l’énergie ou de l’essence!

Trop de parents ignorent les dangers que courent leurs enfants, seuls à la maison ou lors de leurs déplacements: Harcèlement par téléphone, visionnement du n’importe quoi à la télévision, surf sans conseils sur l’Internet ou non préparés à des attentions d’adultes qui ne songent qu’à leur faire du mal.

Parents, oubliez que la Suisse est un pays sûr, où vos enfants ne risquent rien. Lisez nos brochures de prévention.

30.08.2012