Avec Delphine Soulas, Olivier Levard est l’auteur de « Facebook : mes amis, mes amours… mes emmerdes ! » qui vient de paraître aux Editions Michalon (16 €).

Pourquoi Facebook représente, à votre sens, l’une des menaces les plus vives pour la protection de la vie privée ?
OLIVIER LEVARD. Parce que ce réseau social, qui est devenu quasiment incontournable ces dernières années, a une manière bien particulière de gérer les informations diffusées par ses abonnés. Rien n’est simple pour configurer qui, sur le site, peut ou non avoir accès à telle information (message écrit ou photo) qu’on met en ligne.

Sur Facebook, vous n’êtes pas maître de vos données. Et pour se désinscrire ?
C’est encore pire : la procédure est complexe, tout est fait pour l’empêcher.
Les données personnelles sont conservées de manière abusive. Pour Mark Zuckerberg, le patron du site, la « transparence » doit être de mise : pour cacher certains éléments de sa vie privée, c’est qu’on a forcément quelque chose à se reprocher !

Cela peut-il s’arranger dans l’avenir ?
Oui, à condition que les pouvoirs publics imposent une régulation, par la loi par exemple, pour que  la vie privée soit mieux respectée. Le droit inaliénable des données personnelles et privées des internautes sera certainement reconnu dans quelques années, lorsqu’une majorité d’entre eux exigera une reprise de contrôle.

Pourquoi conservez-vous votre profil Facebook s’il y a tant d’inconvénients ?
Uniquement pour des raisons professionnelles, pour voir ce qui s’y passe, et j’y navigue comme un fantôme, incognito ou presque. Je ne poste rien depuis mon profil et n’affiche aucune photo. Mais même avec ces précautions, cela n’empêche pas certains de mes « amis » de publier parfois ma photo sans m’avoir prévenu…

Trois conseils pour garder le contrôle

1. Occupez le terrain, s’inscrire sur les principaux réseaux sociaux,
Facebook évidemment, mais aussi Twitter, LinkedIn, Viadeo, MySpace ou encore Copains d’Avant, est un bon moyen pour éviter qu’un autre internaute ou un homonyme ne prenne votre place et, dans le pire des cas, publie de fausses informations sur votre compte. Pas besoin d’utiliser les fonctionnalités de ces sites : une simple inscription, en livrant le minimum d’informations personnelles, suffit pour faire barrage au plus gros des menaces.

2. Restez en veille
« Googliser » régulièrement vos nom et prénom pour vous faire, en quelques secondes, une idée précise de ce qui se dit de vous sur la Toile. Utilisé par 90 % des internautes comme unique moteur de recherche, Google offre une vue idéale de la réputation virtuelle de quelqu’un à partir des deux premières pages de résultats.

Réglez votre niveau d’intimité
Photos, vidéos, adresse mail ou téléphone portable… Sélectionnez avec précaution les éléments de votre vie privée que vous mettez en ligne, et qui seront donc définitivement accessibles par n’importe quel internaute sans limite dans le temps. Évitez enfin, sauf si vous les assumez pleinement sur la place publique, d’afficher vos préférences sexuelles, politiques ou religieuses.

08.02.2010, Leparisien.com