Affaire dite les « disparues de la gare  » de Perpignan.

Disparues de Perpignan : le suspect avoue le viol et le meurtre de Mokhtaria Chaïb

V.F. avec St.S. | Publié le 16.10.2014

Le suspect placé mardi en garde à vue dans l’enquête sur l’affaire des «disparues de Perpignan»est passé aux aveux dans la nuit de mercredi à jeudi concernant le meurtre de l’une des jeunes femmes, Mokhtaria Chaïb, étudiante en sociologie de 19 ans.

Disparues de Perpignan : Jacques Rançon avoue un second meurtre

La jeune femme de 22 ans, Marie-Hélène Gonzales, avait été tuée et mutilée en juin 1998. Sa tête et ses mains avaient été retrouvées six mois après sa disparition. Son meurtrier a avoué un autre homicide et une autre agression à Perpignan à la même période.

Confondu par son ADN

Il a ensuite fallu attendre 17 ans et les progrès de la recherche ADN pour recueillir de nouveaux aveux. Ainsi à l’automne 2014, après avoir été confondu par son ADN, Jacques Rançon avoue l’assassinat et le viol de Mokhtaria Chaïb.

C’est ce même homme qui a avoué, ce mardi, avoir tué et mutilé Marie-Hélène Gonzalez. La tête et les mains de cette dernière avaient été retrouvées six mois après sa mort dans des sacs poubelles. Quinquagénaire et père de quatre enfants, l’homme au lourd passé de délinquant sexuel avait déjà été condamné à huit ans de prison à Amiens en 1994 pour viol.

 

————————————-
RAPPEL DES FAITS :

L’affaire des meurtres de la gare de Perpignan est une affaire criminelle française. Entre 1995 et 2001, 4 jeunes filles ont disparu, dont 3 retrouvées mortes, dans des conditions similaires, ce qui fit suggérer des agissements d’un tueur en série.

Le mystère depuis 19 ans

24 septembre 1995
Tatiana Andujar, une lycéenne de 17 ans, habitant Llupia, disparaît vers 19 h 30 dans le secteur de la gare de Perpignan. Elle arrivait en train de Toulouse où elle avait passé le week-end. Un militaire a confirmé avoir fait le trajet en sa compagnie. Près de 19 ans après, aucune trace de l’adolescente n’a été retrouvée.

20 décembre 1997
Dans la nuit, Mokhtaria Chaïb, 19 ans, une étudiante en sociologie à l’université de Perpignan, disparaît alors qu’elle rejoint à pied la cité universitaire, depuis le domicile d’un ami dans le quartier de la gare.

21 décembre 1997
Le corps de la jeune fille est retrouvé en bordure d’un terrain vague, avenue Nungesser-et- Coli. « Nu, son corps a été atrocement mutilé, les deux seins ont été découpés », ainsi que les parties sexuelles constatent les services de police. Elle présente en outre de multiples plaies à l’arme blanche. Selon les premiers éléments, la malheureuse a été tuée sur place.

Janvier 1998
Un chirurgien péruvien, Andrés Palomino-Barrios, est interpellé à Perpignan et mis en examen pour ‘assassinat, tortures et actes de barbarie’ et écroué.

16 juin 1998
Marie-Hélène Gonzalez, 22 ans, est déposée par une amie en gare d’Argelès-sur-Mer afin de se rendre à Perpignan où elle envisage de faire du stop pour rejoindre le domicile de ses parents, à Toulouges. On sait désormais qu’elle est arrivée à Perpignan.

26 juin 1998
Son corps est découvert par un ferrailleur dans un terrain vague, en contrebas d’un pont enjambant l’A9, près du péage sud. La malheureuse est également nue et a, elle aussi, été mutilée de façon terrible. Elle porte des traces de blessures au couteau. Son corps a été affreusement décapité, amputé des parties sexuelles et ses poignets ont été tranchés. Selon les constatations et l’absence de trace de sang sur les lieux, Marie-Hélène Gonzalez a été mutilée dans un autre endroit, qui demeure toujours inconnu.

30 décembre 1998
La tête et les mains de la malheureuse, dissimulées dans un sac plastique, sont retrouvées dans un fossé entre Banyuls-dels-Aspres et Saint-Jean-Lasseille.

Août 1998
Andrès Palomino-Barrios est libéré et condamné à 10 ans d’interdiction de territoire français.

25 mai 2000
Esteban Reig est interpellé à Lyon après avoir tué et mutilé un homme. Fin 1997-début 1998, il se trouvait à Perpignan, hébergé au foyer d’accueil pour SDF Le Tremplin, dans le quartier de la gare. Il se suicide en prison deux ans plus tard.

Sources : http://www.midilibre.fr/2014/10/14/exclusif-disparues-de-la-gare-de-perpignan-un-suspect-en-garde-a-vue,1065877.php
et

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/10/14/01016-20141014ARTFIG00396-disparues-de-la-gare-de-perpignan-un-suspect-interpelle-plus-de-15-ans-apres.php

PS: L’homme a reconnu le meurtre et la mutilation de Mokhtaria Chaïb, 19 ans, son ADN avait été trouvé sur les chaussures de la jeune femme.

http://www.lindependant.fr/2014/10/16/affaire-des-disparues-de-la-gare-de-perpignan-le-suspect-interpelle-avoue-le-meurtre-de-mokhtaria-chaib,1943175.php,

16.10.2014